Mulan et les autres

On a parlé des femmes japonaises dans le précédent article mais qu'en est-il des chinoises ? Si tout le monde, ou presque, connait Mulan grâce à tonton Disney, ce n'est pas la seule à s'être fait un nom. On vous propose ci-après un petit tour d'horizon non-exhaustif...
 
 
Tout d'abord, disons le franchement, les circonstances de l'histoire Mulan ont été grandement exagérées. Certains doutent même de son existence mais certains écrits indiquent qu'elle aurait servi le 5ème Empereur de la dynastie Han, Wen ou Liu Heng de son nom personnel. Ce dernier a régné de -203 à -157. L'histoire de Mulan telle que nous la connaissons en revanche est issue d'un poème écrit pendant la dynastie Wei du Nord qui a duré de 386 à 534.
 
C'est un peu comme la partie de la Bible qui a été écrite quelques 60 ans après la mort de Jésus.... avec la même problématique que pour Mulan : une correspondance toute relative entre les faits historiques et le texte lui-même du fait de la transmission orale et de la ré-ré-ré-ré-écriture de l'histoire entre sa première version et celle qui est parvenue à nous. On peut illustrer ce phénomène ainsi :
 
dessin arabe
 
Mais revenons-en à l'histoire (imaginée) de Mulan. Le poème raconte comment une femme a décidé de prendre la place de son père car ce dernier était trop malade et qu'elle n'avait pas de frère. Elle s'enrôle donc habillée en homme pour éviter qu'on la renvoie directement chez elle dès son arrivée. Elle a combattu vaillamment durant de nombreuses années sans que personne ne se doute de son genre. Un jour, juste avant une rude bataille, elle se présente au combat habillée en femme. C'est à ce moment-là que ses camarades d'armes réalisent qui elle est et admirent d'autant plus sa bravoure. Cette révélation les motive encore plus à gagner la bataille pour ne pas être en reste. Ce qui est intéressant, c'est que d'après Christine Lee, une bio-archéologue, il n'était pas rare que des femmes combattent aux côtés des  hommes dans la Chine de cette époque-là .... Différence culturelle locale ou bien exagération de l'auteur ? 
 
mulan
 
 
Dans le genre badass Pingyang (rien à voir avec la Corée du Nord) se pose là. C'était la fille de Li Yuan, le commandant en chef de l'Empereur Yangdi durant les années 600. Etant donné que Yangdi était largement incompétent et avare, il prit ombrage du fait que son commandant était plus apprécié de la population que lui. Il le fit donc arrêter sous de fallacieux prétextes avant de se rendre compte de son erreur : le seul rempart entre lui et le peuple qui voulait le tuer c'était justement son commandant. Il le libéra rapidement mais c'était trop tard : Li Yuan était passé dans l'autre camp.
 
Et donc, pour venger son père, que fit Pingyang ? Rien de moins que recruter 70'000 personnes pour former sa propre armée (" L'armée de la Dame "). Elle se démena pour assembler les différents groupes rebels en leur proposant de l'argent et de la nourriture. Et si le groupe refusait malgré tout, elle le détruisait et proposait ensuite aux survivants de la rejoindre, tout ça à l'âge de 20 ans !
 
Elle marcha donc sur la capitale, évinça Yangdi et fonda la dynastie Tang en faisant preuve d'une efficacité totalement incroyable.
 
pingyang warrior princess MB
 
 
Plus tard, dans la catégorie "je ferai n'importe quoi pour du pouvoir" on retrouve Wu Zetian. Elle fit absolument tout ce qu'elle put pour devenir la concubine favorite de l'Empereur Taizong ( 600 - 649 ) : mensonge, meurtre, ... Quand Taizong est (opportunément) décédé, elle épousa le fils de celui-ci (donc son beau-fils) à savoir Gaozong. Et devinez quoi ? Il est mort lui aussi plus tard en laissant derrière lui deux fils.... qui ne restèrent pas longtemps au palais après la mort de leur père. Wu Zetian empoisonna le premier et exila le second avant de se déclarer elle-même Impératrice. Pour s'assurer un soutien suffisant, elle soutient très fortement le développement du bouddhisme en faisant construire un monastère et recopier plusieurs milliers de copies du sutra du lotus.
 
A Tang Dynasty Empress Wu Zetian
 
Elle mourut à 81 ans ce qui était très âgé pour l'époque.
 
 
Plus proche de nous, au début du 19ème siècle, Ching Shih était une pirate redoutable. Cheng I, un pirate avec des dizaines de milliers d'hors-la-loi à son service, trouva Ching Shih dans un bordel flottant que ses troupes avaient attaqué. Impressionné par ses talents tactiques, il décida de se marier avec elle et lui confia, à sa demande, le commandement de la moitié de sa flotte (on parle de 400 navires au total ! ). Ensemble, ils tinrent en échec les forces maritimes portugaises, indiennes et chinoises pendant 6 ans. C'est lors d'une traversée que Cheng I tomba par-dessus bord, rendant sa femme à la fois veuve et seule commandante de toute la flotte pirate.
 
Elle unifia sous un drapeau rouge et contrôla ses troupes grâce à un "code de piraterie" que chacun devait respecter. Ce n'est que lorsque le gouvernement chinois accepta de lui offrir une armistice qu'elle consenti à cesser ses activités, en 1810. Elle avait alors 69 ans.
 
chingshih
 
 
Tout ça pour dire que non, il ne faut pas sous-estimer les femmes chinoises qui peuvent être redoutables, surtout quand il s'agit de défendre leurs intérêts ou ceux de leur famille.
 
L'info de la fin : actuellement, environ 5% des effectifs totaux de l'armée chinoise sont des femmes.
 
 
Sources :
Wikipedia
 

Imprimer   E-mail